Fille à chats Lifestyle

Le jour où je suis devenue éleveuse de chats de race

5 janvier 2017
Magic

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de ma passion pour les chats.

Cette passion m’a conduite de nombreuses fois en exposition féline depuis une dizaine d’années. Et à chaque fois j’avais tellement envie de faire partie de ce monde des éleveurs de chats de race, moi aussi. Alors, je me suis dis que le jour où je pourrais me lancer, je n’hésiterai pas. J’attendais juste le bon moment au niveau de ma vie personnelle et professionnelle.

Mais être éleveur ne s’improvise pas. Il faut s’informer sur le chat et l’élevage, suivre des formations, beaucoup réfléchir à ce qu’on souhaite, faire un véritable plan d’élevage. Il est très important de savoir si notre vie personnelle et professionnelle sera compatible avec cette activité supplémentaire, tant au niveau financier qu’en temps ou en place. Il faut être conscient des sacrifices que cela occasionne, ne fusse que pour les vacances.

Etre éleveur c’est un choix de vie. Et quand on travaille avec du vivant, il faut être bien conscient des nombreuses responsabilités que ce choix implique. Il faut penser à ses chats avant de penser à soi. En fait, ce n’est pas une obligation. Cela vient tout naturellement. Mes chats passeront toujours avant tout le reste. Pour chaque décision que je prends, je pense à l’impact que cela pourrait avoir sur mes chats. J’agis en fonction de leur bien-être.

Chatons cuvée 2016

Quand on est éleveur, il ne faut pas croire que c’est rose tout le temps. Non. Ca serait se voiler la face. Il y aura des chatons morts nés, des césariennes parce qu’un chaton est coincé, un chaton malade qui meurt dans vos bras (voire même toute la portée…). Et j’en passe. J’ai déja connu quelques déconvenues avec ma première portée. Une chatonne qui a fait une pneumonie et est restée hospitalisée 8 jours dans une boite à oxygène. Heureusement, on a pu la sauver. Une autre qui a un souffle léger au coeur, et donc, lui trouver de bons adoptants devient une tâche ardue et délicate car oui, « souffle cardiaque », ça fait peur aux gens, même si celui-ci est très discret, peut disparaître en grandissant et n’enlèvera rien à sa qualité de vie.
Mais à côté des moments difficiles il y a ce bonheur incommensurable d’être avec ses chats, de sentir qu’on participe à l’amélioration de la race qu’on élève, ce bonheur lorsqu’on assiste la maman à la naissance et qu’on voit le premier chaton pointer le bout de son nez, mais aussi, cette fierté lorsqu’un de nos chats fait un podium en exposition.

J’élève des chats British Longhair. Pourquoi cette race ? Pour leur look tout en rondeur, leur fourrure mi-longue qui peut se décliner dans une multitude de couleurs différentes. Pour leur caractère calme, zen, sociable et câlin. De gros nounours qui font le bonheur de leur famille.
J’ai suivi plusieurs formations afin de ne pas partir de rien. Et j’en suivrai encore car c’est important.
J’ai déjà participé à quelques expositions félines et j’ai même fait quelques podiums. La première portée est née à la fin de cet été. 6 magnifiques chatons.
En 2017, je passerai professionnelle car 2 à 3 portées sont prévues.

Bref, une aventure qui ne fait que commencer 🙂

Suivez les aventures de mes British Longhair :
Le site de mon élevage
La page Facebook

You Might Also Like

2 commentaires

  • Reply Mamzeldree 8 mars 2017 at 9 h 09 min

    Oh je ne savais pas du tout que tu étais éleveuse de chats, c’est super ! 🙂
    Ils sont beaux en tous cas !
    Bonne chance ! 🙂

    • Reply Sarah 8 mars 2017 at 14 h 03 min

      Oui cela fait un peu plus d’un an que le projet a débuté 🙂 Cette année, trois portées sont attendues, j’ai hâte !

    Leave a Reply